Contact / Accès

Chargement de la carte en cours...

Contact

Ville de Louviers
Hôtel de Ville - CS 10621
19 rue Pierre Mendès France
27406 Louviers Cedex

Tél. 02.32.09.58.58
Fax. 02.32.09.58.51

Contactez-nous

Vous êtes ici

Commémoration du 8 mai 1945

Publié le

Discours de M. François-Xavier PRIOLLAUD

Maire de Louviers

Mardi 8 mai 2018

***

Seul le prononcé fait foi

Monsieur le Conseiller départemental,    
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs représentant les Autorités civiles et militaires,
Madame et Messieurs les Présidents d’associations patriotiques,
Madame et Messieurs les porte-drapeaux,
Mesdames et Messieurs,

« Sortir de guerre, c’est comme sortir de prison ». Ces mots sont de Charlie Chaplin. Et en ce 8 mai 1945, l’Europe sort dévastée d’un conflit qui aura révélé le pire de ce que des hommes pouvaient infliger à d’autres hommes. Un conflit planétaire qui aura plongé l’humanité dans la guerre civile. Un conflit qui aura marqué le XXe siècle d’une tache indélébile.

Le 8 mai est un soulagement et une promesse.
Un soulagement bien sûr, après tant de morts, après tant de souffrances. Le bilan humain est terrifiant : 60 millions de personnes ont perdu la vie, ce qui représentait environ 2,5% de la population mondiale de l’époque. 6 millions de personnes, victimes de l’Holocauste, furent tuées dans les camps de concentration et d’extermination. Cette guerre fit plus de victimes civiles que de victimes militaires. La France pleure six cent mille morts. Les millions de blessés garderont les stigmates de cette guerre jusqu’à la fin de leurs jours. Des familles ont été séparées ; des vies ont été brisées.
Le bilan matériel est tout aussi terrifiant. Des villes rasées de la carte, des économies ruinées. C’est le retour à l’année 0, pas seulement pour les vaincus. Aussi pour les vainqueurs.
Le 8 mai 1945 scelle la fin de la guerre en Europe, avec la capitulation sans conditions de l’Allemagne nazie. Mais la victoire n’est pas triomphante et chacun garde en souvenir les erreurs du traité de Versailles. Le 8 mai 1945 doit être la promesse d’une paix durable.
Cette promesse, elle s’incarne par des institutions nouvelles à travers les Nations-Unies, et la construction européenne. Cette promesse, elle vient sceller la victoire du droit sur la force, avec la notion de « crimes contre l’humanité », par nature imprescriptibles. L’héritage de la seconde guerre mondiale, c’est aussi la Déclaration universelle des droits de l’Homme dont nous célébrerons le 70e anniversaire le 10 décembre prochain.

Mesdames et Messieurs,
Le 8 mai 1945 mit un terme aux opérations militaires en Europe, mais il faudra attendre près d’un demi-siècle pour que l’esprit du 8 mai gagne l’Europe toute entière. C’est la chute du mur de Berlin, ce 9 novembre 1989 qui fait souffler un vent de liberté sur un continent si longtemps brisé en deux contre la volonté de ses peuples. La guerre froide rejoint alors les livres d’histoire ouvrant enfin la voie à la réunification européenne.
Aujourd’hui, 73 ans après la fin de la guerre, nous sommes à la croisée des chemins. Cette commémoration est importante car nous rendons l’hommage de la nation toute entière aux victimes civiles et militaires qui hier ont payé de leur vie notre liberté d’aujourd’hui. C’est une journée de recueillement en souvenir de ceux qui ont porté haut et fort les valeurs fondamentales qui font de nous des êtres civilisés et non des barbares. Ces valeurs qui ne se nourrissent non pas de discours et de postures, mais de courage et d’actes.
Et en même temps, il nous appartient de donner une dimension nouvelle à cette commémoration. Il ne s’agit plus de célébrer la victoire d’un camp contre un autre, mais bel et bien de célébrer la réconciliation.
Le mois prochain, nous recevrons nos amis d’Holzwickede pour célébrer le 40e anniversaire du jumelage entre notre deux villes. Nous assisterons à un grand concert de la fraternité, le jeudi 14 juin, donné par la Musique de l’Air qui nous fera l’honneur de sa présence à Louviers.
C’est d’abord par l’amitié et la fraternité entre des peuples qui se sont tant haïs que l’on construit une paix durable. C’est d’abord par l’amitié et la fraternité entre les peuples que l’on transforme un idéal en une réalité.
Notre région, la Normandie, est plus que nulle autre engagée en faveur de la Paix. Dans un mois, les 7 et 8 juin, se tiendra à Caen, le 1er forum mondial « Normandie pour la Paix ». Cet événement, ouvert à tous, réunira de hautes personnalités internationales, des experts en géopolitique, des représentants des gouvernements, du monde académique et de la société civile. A travers ce forum, la Région Normandie, dont l’Histoire est indissociable des valeurs de paix et de liberté, s’affirme ainsi comme une terre de débats et d'échanges, de confrontation des idées et de compréhension du monde moderne.
Nous avons l’ambition de faire de ce nouveau rendez-vous à l’agenda international un véritable « Davos de la Paix ».
Le Forum mondial « Normandie pour la Paix » entend être ce trait d'union entre la génération d'hier et celle de demain. Car dans un monde de plus en plus incertain, où les menaces s'accélèrent, il ne suffit plus de commémorer. Le temps est venu de s'engager pour la Paix.

Mesdames et Messieurs,
Le 9 mai 1945, le journal « Libres », fondé sous l’Occupation par le mouvement national des prisonniers de guerre et déportés titrait :
« Oui l’espérance était la vérité ».    
Alors, aujourd’hui aussi, l’espérance est notre vérité ! L’espérance d’un monde libre et pacifié !

Vive la Liberté !
Vive la République !
Vive la France !