Retour
Le 19/10/2021 à 18h00

Université Populaire #26

Lily Mendès-France : Université Populaire

Le concept

26ème Université Populaire de Louviers

L’idée du concept d’une Université Populaire est née dans les mois suivant la création du Conseil des aînés de la ville de Louviers.

Son ambition : faire partager des connaissances au plus grand monde dans des domaines les plus variés possibles, par le biais de conférences, de visites, de rencontres en tout genre…

C’est en janvier 2016 que ce tenait sa toute première conférence intitulée « 5 siècles d’histoire de la peinture normande ».

Autour de Lily Mendès-France

Lily Mendès France était l’épouse de Pierre Mendès France. Elle s’adonnait avec passion à la peinture, bâtissant une œuvre dont le public ne prit connaissance qu’après sa disparition, lors d’une unique rétrospective.

Conférence présentée par Claude Cornu, de la Société d’Études Diverses de Louviers.

Du réalisme poétique à l’abstraction

« L’œuvre de Lily Mendès France est loin d’être le travail d’un peintre amateur, et son souci de perfection, le sens aigu de la critique qu’on lui prête ont quand même laissé intacte une fraîcheur d’expression qui est la marque des vrais peintres.

Du réalisme poétique à l’abstraction, cette peinture mise au grand jour, révèle la participation de l’artiste, le long des années, au renouvellement de l’apparence du monde, qui est, selon Apollinaire, la fonction des poètes et des peintres : portraits  » impressionnistes  » (dont le premier, daté de 1930, avant son mariage, est signé Cicurel), réalistes, avec ce tableau intitulé l’Africain, dont la toile porte les traces de balles tirées par les Allemands lors de l’occupation de Louviers, ou peinture puriste, en aplat, qui allait servir de terrain à ses recherches de formes jusqu’à la fin de sa vie, notamment dans cette Nature morte aux poires restée inachevée en 1966.

C’est sa rencontre avec Ozenfant, également exilé à New-York, pendant la guerre, qui avait décidé du changement vers cette recherche rigoureuse de formes-couleurs où les objets et leurs ombres deviennent également des formes positives exprimées linéairement dans un parcours essentiel.

Le voisinage d’André Lhote devait achever l’apprentissage de cette peinture volontiers conceptuelle qui a suivi le cubisme. Mais son plus grand  » modèle  » fut Juan Gris. Visiblement ou invisiblement, quelques œuvres, dont cette Nature morte au coquetier, viennent de ce grand maître disparu prématurément et que beaucoup tiennent pour le plus grand peintre cubiste. Rien ne rend plus intensément présente la richesse sensible innée d’un peintre que ce labeur discipliné, rigoureux, et sans doute épuisant, de formes pures parfois monochromes, qui gagnent en lumière rayonnante ce qu’elles perdent en couleur explicite, à la fois ascétiques et irrésistiblement somptueuses. C’est la leçon que nous laisse Lily Mendès France. »

Source : Le Monde

En pratique

Tarif : gratuit
Informations : 02 32 40 31 92

Plan

Règles sanitaires

Pass sanitaire obligatoire, port du masque recommandé. Les conditions d’accueil du public pourront être adaptées en fonction des éventuelles restrictions et obligations émises par le Gouvernement à cette date.