Louviers et la municipalité

Les tribunes politiques

Tribunes politiques

Paroles d’Élus

Chaque mois, un espace de libre expression est réservé aux groupes politiques représentés au conseil municipal.

Les groupes politiques s’expriment, dans les tribunes politiques, sous leur responsabilité dans le cadre des dispositions prévues par l’article L.2121-27-1 du code général des collectivités territoriales.

LOUVIERS AU CŒUR (majorité)

Le récent classement par l’Etat de Louviers en zone immobilière tendue dite « B1 » est une très bonne nouvelle pour notre ville.
Cela permet de soutenir les constructions neuves grâce à des aides à l’investissement et cela va aussi favoriser l’accession au logement en délivrant davantage de prêts à taux zéro, notamment pour les primo-accédants. L’enjeu est de taille au regard du déséquilibre constaté sur le marché local de l’immobilier : une pénurie de biens à la vente ou à la location, face à une demande toujours plus forte.
Car le paradoxe de notre territoire, c’est qu’il créé de nombreux emplois mais que le taux de chômage y reste plus élevé qu’ailleurs. C’est l’illustration du fait que les salariés ont du mal à se loger à proximité de leur lieu de travail. Pour y remédier, la ville et l’agglomération déploient ensemble une politique très volontariste. Outre les aides importantes à la rénovation de l’habitat ancien, il s’agit de diversifier l’offre de logements à Louviers dans le cadre d’une politique d’équilibre en matière d’habitat. Il ne faut pas choisir entre le logement social, le locatif privé et l’accession à la propriété. Nous avons besoin des trois. Et à Louviers, cela se traduit par de nombreux programmes immobiliers qui témoignent de la confiance des investisseurs privés, malgré un contexte économique difficile. De nombreux logements sortent de terre aux quatre coins de la ville : boulevard de Crosne, boulevard Jules Ferry, côte de la justice… En 2024, de nouveaux chantiers vont bientôt commencer notamment sur la rue du 11 novembre. Au total, plusieurs centaines de nouveaux logements seront mis sur le marché pour répondre à la demande. Notre ville grandit et entend bien continuer à gagner des habitants. Elle le fait dans le cadre d’un projet urbain réfléchi et responsable. La sobriété foncière est notre volonté, la mixité sociale notre boussole et l’attractivité résidentielle notre ambition.

Caroline Rouzée
Adjointe au maire en charge de l’urbanisme et de l’aménagement urbain durable
Vice-présidente déléguée de l’Agglomération Seine-Eure

UNIS ! (opposition)

Dans nos quartiers, des habitants abandonnés …
Fin octobre, les habitants du quartier « Maison rouge » invitent la presse locale, expriment leur mécontentement et interpellent la municipalité sur leur sentiment d’abandon.
En cause ? Le manque crucial d’entretien du
quartier, et notamment des espaces verts ; ce quartier
ayant bénéficié d’une rénovation complète entre 2010 et 2014.
Mais comme tout aménagement, cela suppose suivi et entretien. Mission que visiblement la municipalité est incapable de mener à bien. Alors … au lieu d’assumer ses responsabilités, elle décide de l’arrachage de ces espaces verts ! Aménagements extérieurs qui avaient coûté à l’époque plus de 600 000 €. Quel gâchis d’argent public par … négligence ! Tout cela sans aucune concertation avec les habitants, pas même une réunion publique.
Cette colère qui monte, contrairement à ce que la municipalité affirme, n’est pas liée aux désagréments générés par des espaces verts mal conçus mais bien à une défaillance globale d’entretien du quartier avec des candélabres dégradés, non réparés, et potentiellement dangereux, du mobilier urbain laissé à l’abandon !
Mais ce n’est là que le dernier épisode médiatique d’une longue série. En juin dernier, ce sont les habitants du quartier de la Roquette qui interpellaient la municipalité par voie de presse sur ce même sentiment d’abandon ; en septembre, ce sont les riverains de la côte de Paris qui se mobilisent, en septembre encore, les parents de l’école St Exupéry qui s’insurgent de l’état de l’école par une lettre ouverte ; en septembre toujours, ce sont les riverains du Clos Morlet qui rappelaient au Maire lors de la réunion publique toutes les demandes insatisfaites d’entretien du quartier; enfin en octobre, c’est au tour des riverains de la rue St Germain de se réunir et s’organiser contre l’inaction de la municipalité.
Lors de prochaines échéances électorales, tous ces habitants animés par ce sentiment d’abandon pourront rappeler au Maire, à la municipalité, qu’il ne suffit pas de «bétonner» le centre-ville.

Diego Ortega
Conseiller municipal, Secrétaire national radicaux de gauche

RASSEMBLER POUR LE RENOUVEAU DE LOUVIERS (opposition)

À propos des événements douloureux en Israël et en Palestine, nous pouvons ressentir pitié envers la population arabe contrainte à l’exil, autant que fraternité envers le peuple juif, à la société occidentale proche de la nôtre, et qui est menacé par un terrorisme islamique que nous connaissons trop bien.
Toutefois, il devrait s’agir d’un événement qui demeure extérieur à notre pays, qui ne nous concerne pas directement, à l’instar de l’invasion du Haut-Karabagh arménien ou des intimidations chinoises contre Taïwan, qui ne suscitent ni fièvre ni empoignade dans nos rues.
Quand la Russie envahit l’Ukraine, nos bâtiments publics purent pavoiser les couleurs ukrainiennes sans déclencher sur le sol français des affrontements entre communautés russes et ukrainiennes. Quelles mairies aujourd’hui oseraient hisser le pavillon israélien, sans craindre des émeutes ?
Notre pays paraît être livré à une émotion qui n’est pas la sienne. Nous subissons chez nous cet événement lointain, à cause de cette immigration qui a transporté avec elle ses aspirations et ses ressentiments. Loin d’une diversité heureuse, la société multi-culturelle se vit comme une société multi-conflictuelle. La France ne semble plus maîtresse d’elle-même, mais soumise aux affections des diasporas étrangères.
Si aujourd’hui la Palestine illustre les haines fratricides de notre humanité, je veux aussi me souvenir, à l’approche de Noël, que cette terre orientale fut aussi le lieu où naquit ce divin enfant, Jésus, et avec lui ce message d’amour, de pardon et de paix adressé à tous les peuples et sur lequel s’est fondée notre civilisation européenne.

Benoît Balsan
Conseiller municipal

LOUVIERS AUTREMENT (opposition)

Tribune non reçue